Au-delà des apparences  [Job] Créatrice de bijoux upcyclés

Delphine portrait

Créer du beau avec de l’inattendu. Changer de regard sur les objets usés et repenser les matériaux. Delphine Pantzer, créatrice des bijoux Dely, nous confie ses impressions sur l’upcycling et sa nouvelle vie d’artisane.

A première vue, c’est une boucle d’oreille en dentelle noire. Mais au toucher, l’objet est étonnamment lisse. Ce n’est pas du tissu, c’est de la chambre à air. Lorsqu’elle a créé Dely, sa marque de bijoux, Delphine Pantzer s’est inspirée de son métier d’origine. Orthoprothésiste au centre de rééducation de Kerpape (56) depuis 2005, la jeune femme manie les matériaux et les textures, du métal au plastique, en passant par la résine et le cuir, pour confectionner différentes prothèses. Elle est d’ailleurs spécialisée dans les masques en plastiques destinés aux grands brûlés. L’aspect humain de son métier la passionne : « C’est du concret, je sais que quand j’ai fini ma journée, j’ai fait du bien ».  Affronter le regard des autres, c’est le quotidien des grands brûlés qu’elle côtoie. Depuis plus de dix ans, Delphine prend soin de ne pas s’attacher aux apparences et de regarder derrière le miroir.

Ecologie créative

Changer de point de vue sur l’homme, mais aussi sur les matériaux, voilà le concept de Dely, qui s’inscrit dans une démarche écologique réfléchie et engagée. En 2008, Delphine rejoint une AMAP près de chez elle, à Lorient (56) ; c’est le début de sa prise de conscience environnementale. Elle rencontre des maraîchers, s’intéresse à leur façon de produire, puis élargit la réflexion à toute sa vie quotidienne. Parce qu’elle veut donner du sens à son envie de création, elle cherche un moyen de la rendre compatible avec ses convictions. Et lui vient l’idée de récupérer des matériaux déjà utilisés, l’upcycling, le recyclage par le haut. Elle commence ses essais avec ce qu’elle récupère, notamment des canettes. Et puis, l’aspect souple et doux de la chambre à air la séduit. Cette seconde peau de plastique lui offre un large champ d’action créative. Grâce à son habilité manuelle, Delphine réalise des bijoux sophistiqués, à partir d’objets voués à la destruction. Son âme de poète lui inspire des formes organiques, rendant hommage à cette nature qu’elle veut préserver. « L’écologie ne doit pas se faire sans l’art et la création.  » Avec ses bijoux upcyclés, Delphine réalise un rêve : son design redonne de la valeur au matériau négligé.

Conception en mouvement

La créatrice part de la matière pour inventer un bijou. Elle ne dessine pas ses motifs à l’avance et laisse plutôt le ciseau évoluer sur la chambre à air, jusqu’à obtenir la forme qu’elle désire et ce, pour chaque bijou, bracelet, boucle-d’oreille ou collier. Ses designs végétaux viennent contraster cette matière issue du pétrole. La créatrice récupère les chambres à air usées chez Velozen et dans d’autres ateliers lorientais. Si ses montures proviennent encore de fournisseurs traditionnels, Delphine souhaite à terme se former en orfèvrerie pour apprendre à les fabriquer elle-même.  Premier pas vers l’autonomie locale, elle s’apprête également à développer une collaboration sur une gamme argent et chambre à air 100% made in Bretagne avec l’atelier de joaillerie Azïg (à Languidic, 56).

Son entreprise existe depuis 2014, mais en 2017, Delphine a décidé de passer la vitesse supérieure. Elle contacte une graphiste, qui réalise son logo (Pois Chiche Design, à Lorient). Forte de cette nouvelle identité et d’un beau packaging en papier recyclé, réalisé par l’agence IOV à Vannes (56), elle décroche son téléphone et contacte plusieurs magasins en Bretagne pour y déposer ses créations. « Faire appel à des pros m’a donné confiance ; ils recevaient mes créations avec optimisme, j’ai senti qu’ils y croyaient et ça m’a lancée. » En parallèle, Delphine continue ses marchés et s’est créé un site de e-commerce, dans lequel elle présente une partie de sa collection – chaque bijou étant unique et fait main.

Elle l’affirme avec force, dans le domaine de l’artisanat, il faut persévérer. La passion permet de ne rien lâcher et surtout de donner un sens à sa création. « Il y a quatre ans, je n’aurais jamais cru que mes dentelles en chambre à air me mèneraient aussi loin. »

Un article à retrouver sur Coconut.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s